La maturométrie sur le chantier du Viaduc de la Saône

La maturométrie sur le chantier du Viaduc de la Saône

Aujourd’hui, le réseau des laboratoires LD Contrôles vous présente la maturométrie*, une technique qui permet un suivi contrôlé de la maturation du béton.

Cette technique a été utilisée par le laboratoire LD Contrôles Nord-Est sur le chantier spectaculaire du Viaduc de Port-sur-Saône (70). Avec ses 604 mètres de long, à 28 mètres de hauteur, d’un poids de 4200 tonnes et un tablier constitué de 52 plots de béton… L’expertise du laboratoire LD Contrôles Nord-Est a été décisive pour l’avancement du chantier dirigé par Eiffage Génie Civil et Eiffage Métal.

En effet, 48 éprouvettes d’information sur béton frais ont été testées 6 fois par écrasement, dans les mêmes conditions climatiques, de température et d’humidité du chantier, d’abord au sein du laboratoire LD Contrôles de Lure puis sur place grâce au laboratoire mobile de l’entreprise pour déterminer leur résistance en compression par rapport à leur montée en température dans les 24 premières heures. Ces essais de résistance à la compression ont été aussi réalisés sur 3 éprouvettes à 7 jours puis à 28 jours pour le suivi de contrôle. Parallèlement, un enregistreur de température avec 4 sondes a permis de mesurer l’évolution des températures toutes les 10 minutes.

Ainsi, la maturométrie a permis sur ce chantier d’anticiper les résistances du béton dans l’ouvrage d’art et de garantir la bonne gestion des opérations de décoffrage des plots en béton du tablier et leurs coulages successifs. Cette technique permet ainsi aux entreprises TP une maîtrise de la durée du chantier et une optimisation des cycles de fabrication du béton.

La mise en circulation du Viaduc de la Saône est prévue pour mi 2021 !

*Le Guide Technique du LCPC sur la maturométrie donne comme définition «La maturométrie consiste, à partir du suivi de la température au sein de l’ouvrage, à déterminer par calcul (au jeune âge) le degré d’avancement des réactions d’hydratation correspondant au durcissement du béton. Le concept de « maturité » permet de traduire l’état de mûrissement du béton, c’est-à-dire son niveau de durcissement. Il intègre les effets couplés de la température et du temps sur la cinétique de mûrissement du béton. D’après la « loi de maturité » donnée par Saul: « Deux bétons de même composition ayant même valeur de maturité auront même résistance quelle que soit l’histoire de températures ayant conduit à cette valeur de maturité ». Cette technique permet donc de connaître la résistance du béton in situ à partir de la relation degré d’avancement/résistance (i.e. âge équivalent/résistance) déterminée par étalonnage pour une formulation de béton particulière. Le concept « d’âge équivalent » a été introduit postérieurement. Il est défini par rapport à une température de référence, en général 20 ̊C. Il est relié directement au concept de « maturité» et permet de donner à ce dernier une signification plus immédiate. L’âge équivalent correspond au temps durant lequel le béton doit être maintenu à la température de référence (en général 20 C) afin ̊ d’obtenir la même valeur de maturité (caractérisée par exemple par la résistance mécanique) que dans les conditions de cure réelle.
Share